Logiciel Venotis : un exemple d'utilisation pour améliorer la performance d'un troupeau allaitant

Jean-Michel Poirier entre les diagnostics de gestation sur sa tablette et les informations remontent automatiquement dans son logiciel de troupeau.

© D.R.

Pauline DORNIER

Terre et Cow

Zootechnie

Le logiciel Venotis est utilisé pour améliorer la gestion d'un troupeau de limousines. Il permet le regroupement des vêlages pour optimiser les performances et diminuer la charge mentale de l'éleveur.

Michel Poirier, à la tête d'un troupeau de 100 limousines en Ille-et-Vilaine, et son fils Jean-Michel, possédant 60 limousines en agriculture biologique, ont fait appel à l'entreprise d'accompagnement Terre et Cow pour les guider dans la gestion globale de leur exploitation.

La saison de vêlages 2020/2021 se déroulait sur 11 mois, ce qui engendrait une gestion de lots complexe, une surveillance nocturne quasi annuelle, des affections néonatales récurrentes, une baisse du nombre de veaux produits et des gains moyens quotidiens.

Un regroupement des vêlages était nécessaire. Terre et Cow les accompagne dans leur conduite de reproduction.

Nouvelle organisation de la conduite de reproduction

Un plan est mis en place :

- Définir la période de vêlage

L'éleveur souhaite regrouper 90 % des vêlages de novembre à mars, pour être disponible pour les vêlages de la seconde exploitation, la gestion du pâturage et ses récoltes.

- Définir les périodes de mises à la reproduction

L'anoestrus post-partum des primipares dure 20 à 30 jours de plus que les multipares. La mise à la reproduction anticipée des génisses pendant une durée limitée permet de les faire vêler en début de saison de vêlage. Elles sont mises à la reproduction 45 jours avant les vaches en février et mars, soit 3 cycles.

Pour les vaches, une période de mise au taureau est définie. Les primipares ayant vêlé de septembre à novembre 2020 sont réintégrées au fur à mesure des saisons dans la période de mise à la reproduction souhaitée.

- Mettre un maximum de génisses à la reproduction

Pour regrouper les mises bas, la réforme d'animaux décalés par rapport à la période de vêlage souhaitée peut être effectuée. Pour compenser, le taux de renouvellement doit être majoré de 10 à 15 %. Michel Poirier a mis au taureau l'ensemble des génisses répondant aux critères de sélection de Terre et Cow : poids, âge, comportement et conformation. Un bilan mensuel permet de sélectionner les animaux improductifs à réformer.

- Un suivi échographique régulier

En monte naturelle, les diagnostics de gestation peuvent être effectués par échographie 30 jours après le retrait du taureau ou en cours de saison de monte. Pour vérifier le bon déroulé de la saison de monte, avoir une datation du foetus plus précise et une détection des vaches infertiles, Michel Poirier réalise des échographies mensuelles 51 jours après la mise au taureau.

Des données accessibles au vétérinaire en quelques clics

Terre et Cow utilise le logiciel Venotis, qui permet de préparer les visites rapidement. Venotis donne accès à l'historique des informations : date de vêlage, de mise au taureau, de la saillie, des traitements...

Une saisie aisée des informations est possible : diagnostics de gestation, note d'état corporel, aspect des bouses, remplissage de rumen, anomalies de l'appareil génital. Un bilan est généré à chaque visite.

Très intuitif, performant, la possibilité de travailler en mode hors ligne, une équipe de développeurs à l'écoute et disponible font de ce module une clé des performances des troupeaux. La future version allaitante simplifiera encore le travail.

Du papier au numérique grâce à Venotis

Jean-Michel est satisfait : « Avant, je devais saisir les diagnostics de gestation qui étaient sur papier. Maintenant, j'entre les informations sur la tablette pendant que Pauline fait les échographies et elles remontent automatiquement dans mon logiciel de troupeau. Pauline m'envoie une liste de vache à échographier, je n'ai plus besoin de faire le tri : un vrai gain de temps » .

Une application est également disponible pour l'éleveur. Grâce à la digitalisation, le regroupement des vêlages est mis en place aisément et permet la diminution de la charge mentale. La gestion quotidienne est simplifiée grâce à :

- une concentration de la surveillance des vêlages ;

- une diminution des réveils nocturnes ;

- une optimisation des interventions : vaccination, déparasitage ;

- une baisse des troubles sanitaires ;

- un nombre de lots à gérer moins important et plus homogènes.

Gain de 5 500 à 5 900 euros

Une période de vêlage de 5 mois se profile pour 2022/2023. Dès la première année, l'amélioration des performances se traduit par :

- une réduction de 2 mois de l'âge au premier vêlage grâce à une sélection des génisses et une mise à la reproduction des génisses anticipée ; l'éleveur est passé de 38,4 mois au premier vêlage à 36,4 mois ; le décalage des primipares est évité car 95 % des génisses ont vêlé au début de la période de vêlage ; la diminution de 2 mois d'âge au premier vêlage engendre un gain entre 2 300 et 2 700 euros ;

- une réduction de l'intervalle vêlage-vêlage (IVV) de 15 jours en prévision : l'objectif d'IVV de l'éleveur est 365 jours ; lors de la saison 2020/2021, il était de 395 jours ; le manque à gagner de la saison dernière est l'équivalent de 8 veaux non produits ; actuellement, le bilan des 50 premiers vêlages des multipares présente un IVV de 383 jours ; la prévision selon les échographies est un IVV de 380 jours pour la saison 2021/2022 ; le manque à gagner sera diminué de moitié, soit de 3 200 euros.

Objectifs de la conduite de reproduction de Michel Poirier pour la saison 2022/2023

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1619

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants