Le chiffre du mois : 11 % , proportion de vétérinaires dont l'activité peut être rattachée à un groupe

© Vege - Adobe

Pierre BUISSON

Exercice

11 % est la proportion de vétérinaires dont l'activité peut être rattachée à un groupe. Elle était de 2 % en 2017. Cette hausse majeure est associée à l'arrivée des acteurs européens de la consolidation.

Elle a de nombreuses origines, dont celle d'un effet de tenaille entre le départ à la retraite des baby-boomers et les attentes des vétérinaires nouvellement diplômés.

La tendance est identique dans la plupart des pays européens, le Royaume-Uni ayant réalisé cette évolution depuis 10 ans déjà.

Tendance plus forte en Ile-de-France

A noter que cette tendance est plus forte et rapide en Ile-de-France, puisque celle-ci regroupe 30 % des vétérinaires canins travaillant pour des groupes, alors que le poids de cette région dans la démographie vétérinaire canine représente 16 %.

Ici encore, plusieurs facteurs doivent être analysés, dont la présence de centres hospitaliers vétérinaires, une activité quasi exclusive en canine pure et l'organisation de la permanence et continuité de soins à l'échelle de la région.

Ce point simplifie la réponse à cette contrainte, dont l'impact est fort sur le reste du territoire et incontournable en médecine des animaux de rente.

Article paru dans La Dépêche Vétérinaire n° 1573

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants